"J'ai l'habitude de marquer contre vous"

 
 

 
Bonjour Etienne, pas trop dépaysé depuis ton départ de Rennes et de la Bretagne ?
 
Je me suis vite et bien adapté. Mais je m'étais préparé à quitter la Bretagne.

Toi le Breton type, quel regard portes-tu sur Toulouse et ta nouvelle vie ?

Je découvre une région qui ressemble à la Bretagne. Il y a une forte identité du Sud-Ouest, des traits de caractères proches aussi. Il y a la même générosité avec un peu plus de chaleur.

Te voir signer à Toulouse a été une petite surprise...

Cela a été le cas pour beaucoup de personne. J'avais besoin de quitter la Bretagne après une fin de saison difficile, pour m'épanouir j'ai pensé qu'il ne fallait pas rester dans le secteur. Et puis j'avais besoin de sentir une grosse envie de me faire confiance. Cela a été le cas avec le Téfécé, elle était énorme. Ali Rachedi, qui était mon premier agent, en est le directeur sportif, cela a aussi facilité les contacts. Je savais qu'Alain Casanova serait l'entraîneur et son discours m'a plu.

Le maintien acquis sur le fil, le départ d'Elie Baup. J'imagine que les premières semaines ont dû être tendues.

Les joueurs avaient pas mal d'interrogations qui ont vite été balayées. Nouveau staff, nouvelle dynamique et dès les premières séances, il y a eu pas de mal discussions. On a vite senti un esprit de revanche, de reconquête.

Au fait, pourquoi n'es tu pas venu à Lorient (rire) ?

C'était rester en Bretagne ! J'avais besoin de quitter cet environnement, même si je ne garde que des bons souvenirs de Rennes. C'est toi qui m'a lancé et je me suis toujours dit que je retravaillerais un jour sous tes ordres.

Tu seras samedi à Lorient, tu reviens souvent en Bretagne ? La région te manque ?

Avec ma compagne, on s'est vite adapté à Toulouse. C'était l'une des inconnues de mon départ de Bretagne. Je ne ressens pas un manque énorme. Même si je tiens, dans le milieu, à rester le Paimpolais.

Des six saisons passées sous le maillot rennais, quelle équipe était la plus forte ?

Il y en a deux, la période où je jouais avec Yoann et Kim notamment (Gourcuff et Källström), c'était vraiment intéressant, et la saison où nous avions fini quatrièmes (saison 2006-07).

Toulouse n'a pas raté son début de saison. Et toi, quelles sont tes ambitions ?

Je suis venu pour continuer à progresser, pour franchir d'autres paliers. Et puis je veux aider à stabiliser le club le plus haut possible.

Rennes puis Toulouse, la marche suivante pourrait être l'étranger.

Je n'ai pas forcément songé à l'étranger, pourquoi pas... J'ai signé pour quatre ans et chaque chose en son temps.

Il y a un ancien Lorientais qui brille sous le maillot du Téfécé. Quel regard portes-tu sur lui ?

« Dédé » (Gignac), je le connaissais déjà un peu, il avait notamment participé à un match de charité que Yvon, mon père, avait organisé à Langoat. Après une saison difficile, il est revenu à son meilleur niveau. Il a besoin d'être mis en confiance. Il peut alors faire des grandes choses. C'est un mec attachant, il a une générosité énorme.

Depuis le Sud-Ouest, quelle est ta perception du FC Lorient ?

Je m'attendais à un meilleur démarrage des Lorientais. Cela reste une équipe qui joue bien au ballon, une équipe capable de faire des gros matches comme on l'a vu à Marseille. Je ne suis pas inquiet pour vous, vous allez vous maintenir.

Un pronostic ?

Je pense qu'on va gagner, dommage pour toi Christian. Disons 2-0 avec des buts de Gignac... et de moi. J'ai l'habitude de marquer contre vous !

 Recueilli par

Christian GOURCUFF.

Ouest-France

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×