Etienne Didot, buteur intérimaire

Le 6e but de Didot en L1 a relancé le TFC . Photo DDM, Michel Viala

On connaissait ses talents d'organisateur, sa maîtrise technique, son volume de jeu, sa capacité à jouer juste et propre, son aptitude à provoquer des fautes et des cartons. Autant de vertus qui ont fait d'Etienne Didot l'indiscutable dépositaire du jeu toulousain depuis le mois d'août. On connaissait moins sa force de frappe, celle qui a remis le TFC en selle, samedi soir: «On a fait une grosse première demi-heure, mais l'égalisation de Saint-Etienne nous a fait mal. On a eu quelques minutes de flottement, mais on a eu la chance de marquer ce 2e but avant de rentrer aux vestiaires». Ce «on» lui revient pleinement, mais le Breton refuse de tirer la couverture à lui. Il faut même insister pour qu'il décrive son but, son premier avec le TFC, le premier de sa saison, le 6e de sa carrière en...168 matches: «Je tire un corner, qui est renvoyé par la défense. Un défenseur sort vite sur moi, je le crochète et je frappe fort enroulé au 2e poteau. J'ai eu la chance d'avoir poteau rentrant». Les conséquences comptent davantage que le but lui-même: «Il est venu au bon moment, juste avant la mi-temps. Ce but leur a sans doute coupé les jambes».

Le n°8 toulousain est allé partager son bonheur avec les supporters: «J'aime partager avec eux. Ils viennent, ils nous soutiennent, j'estime normal de leur rendre. A Rennes, je le faisais aussi». Assez rarement, donc, avec 5 buts en 7 saisons. Soit un but tous les...30 matches ! Faudra t-il attendre la saison prochaine pour revoir un but d'Etienne Didot ? «J'ai de plus en plus de situations de but. 20 minutes avant de marquer, samedi, j'ai eu une occasion (NDLR: enrayée par un bon arrêt de Janot, 18e). Je dois mieux concrétiser mes occasions, mais je suis content d'avoir débloqué mon compteur. J'espère que c'est le début d'une série».

Parce qu'André-Pierre Gignac ne peut inscrire tous les buts du TFC (59% quand même), le collectif doit prendre le relais: «C'est un match assez abouti, reprend Didot. Nous, on n'a jamais douté de nous et de nos progrès collectifs, à partir d'une solidarité exceptionnelle. On essaye de donner le maximum avec nos moyens, sachant qu'on n'est pas Lyon !». Vrai, mais le TFC colle aux dauphins de l'OL. A mi-championnat, c'est presque pareil.

Stéphane Badouard/ La dépèche

Etienne inscrit son deuxième but Au Havre à dix minutes de la fin.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×