Étienne Didot, la nouvelle star

En six mois, il est devenu le joueur-clé du TFC. Le Breton nous a ouvert son univers.

1938, le restaurant panoramique du Stadium. Étienne a le quart d'heure toulousain... d'avance. Le vertige, aussi. On s'en doutait : la folie des grandeurs, pas le genre de la maison. Sa voiture, une Mini. Premier contrepied. Poignée de main dans un sourire. Comme d'habitude. « Il est toujours de bonne humeur » classe Alain Casanova, l'entraîneur du TFC. « Un bon déconneur malgré les apparences » se marre Dédé Gignac, coéquipier de chambre lors des déplacements. La première boutade de l'ancienne icône du Stade rennais ne tarde pas : « Un vrai temps de chien ? Vous rigolez ! Chez nous, on dit qu'il ne pleut jamais ou... que sur les cons. »

Il est comme ça, Étienne. Pas de manières, pour résumer. « Un petit café et c'est parti, brosse Nicolas. Un type simple, bourré de valeurs humaines, qui va vers les autres. Il a besoin de se sentir bien pour s'épanouir. » Nicolas Carnec sait de quoi il parle : proche de la famille (il était du baptême d'étienne), footballeur professionnel (il a débuté sa carrière avec le père) puis journaliste sportif à Ouest-France (le premier papier sur Gignac, c'est lui). Il appelle encore Etienne «le petit bonhomme». « Oui, il aura sa chance en équipe de France. Il n'y a pas de secret, il a appris à marcher autour des terrains... » Voilà pour le foot. Et le reste ? « Etienne se comporte comme ses parents l'ont élevé. Les Didot, une famille vraiment charmante. Travailleurs et le cœur sur la main, Annie et Yvon. » Etienne avoue avoir eu une enfance heureuse, simplement. On se croirait tout droit sorti d'une pub Herta. « Tout à fait, renchérit Nicolas. Yvon pour tous, c'est le coz, le vieux chez nous, dans le sens patriarche. »

Les copains d'abord

Pendant vingt-cinq ans, le couple aura pignon sur la place du Martray, à Paimpol. Leur bar-tabac est incontournable. On y refait le match avant même Saccomano puisque c'est le rendez-vous des sportifs, on y chante aussi puisque le grand Georges est un habitué. D'ailleurs,

A la mort de Brassens, en hommage, le troquet s'appellera «Les Copains d'abord». « Aujourd'hui, reprend étienne, mes parents sont passés à l'étage supérieur : ils tiennent un hôtel à Perros-Guirec. On n'a jamais roulé sur l'or, je n'ai jamais manqué de rien non plus. » à l'école, petit Didot est bon élève mais bavard. Au collège, normal c'est l'âge, il veut devenir footballeur professionnel : « Je me faisais remonter les bretelles par les profs ! »

« footballeur, le plus beau métier du monde »

On a du mal à l'imaginer en colère, le gendre idéal. « Si, mais contre moi. Puis, on ne fait pas le plus beau métier du monde ? Payés pour courir après un ballon... » Le Breton est un dur au mal, il aime le combat. étienne Didot a retrouvé ce trait de caractère dans la Ville rose. « Ici, les gens ne lâchent rien. Même dans les affaires, j'ai remarqué. La culture, très hispanisante, convient aussi à ma compagne chilienne. » Maria Paz et son délicieux accent qu'on a découverts il y a quinze jours, sur les plateaux du télé-crochet de M6, «Nouvelle Star». Dans la famille Didot, il y a Sylvain, le grand frère, passé aussi par Toulouse (2002-2004), avant Reims. Puis Mathilde la sœurette, entre les deux, handballeuse à Octeville (ex-D2) et prof de... sport.

« On est très famille. Car on a été éloignés rapidement. » L'union sacrée. L'amitié sur un piédestal, également. « Je réfléchis mais c'est bien mon pote Yoann (Gourcuff) la personne la plus célèbre dans mon répertoire téléphonique. ça marche pas mal pour lui cette année, non ? »

Rendez-vous au Stadium, demain soir.

Etienne Didot

25 ans, 1m75 et 65kg. Milieu défensif. L1 2008-2009 : 20 matches (20T), 2 buts et 1 passe décisive.

Ligne de vie :

- 24 juillet 1983, Naissance à Paimpol (22) : « la maternité n'existe plus ».
- Juillet 1997 Entrée au centre de formation de Rennes, « j'ai 14 ans ».
- 12 janvier 2002 Premier match en pro « face au PSG de Ronaldinho ».
- Juin 2008 : Signe 4 ans à Toulouse, « où je me sens comme à la maison ».

sa devise

« Ne jamais rien regretter. J'ai toujours assumé mes choix, jusqu'au bout. Je ne regarde pas le passé, ça ne sert à rien. Carpe diem ! »

son objet fétiche

« Le ballon de foot, naturellement. Il a donné un sens à ma vie. Dans dix ans, je ne devrais pas être loin de raccrocher. »

son héros

« Le navigateur Armel Le Cléac'h, 2e du Vendée Globe. Respect. Moi qui adore les voyages... »

son livre

« Génocidé, de Révérien Rurangwa. Regardons un peu autour de nous avant de nous plaindre... La misère est partout. »

Son rêve

« Fonder une famille. L'aboutissement de la vie, justement, c'est la donner. Avec Maria, on se mariera. »

La dépèche

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×